logoAccueil

Origine des noms des villages, hameaux ...

Informations tirées d'Internet et du site camindautignet qui mérite la visite.
L'abréviation BP signifie "before present".

▪️ Andon : Tumuli 2.500 ans BP, puis camp retranché (Castellaras de la Selle d'Andon) occupé 1.000 ans BP par les ligures, ensuite occupé par les Romains sur la Via Vintiana. Le village d'Andon a succédé à ce premier village, détruit par un incendie. L'origine du nom est inconnue.

▪️ Auribeau-sur-Siagne : Site occupé vers 600 BP par les ligures Oxybiens. Son nom dériverait de la station-étape Ad Horrea, créée sous Rome entre Forum Julii (Fréjus) et Antipolis (Antibes), après la victoire du consul Postumius en 154 BP.

▪️ Bar sur Loup : Celto-ligure, puis camp romain en 125 BP. Originellement Albarn dérivé en Aubarn, puis Bar. Gros bourg défensif qui devient Le Bar-sur-Loup par décret de 1961.

▪️ Berre les Alpes : Nom attesté de Castel Berre en 1108 et Berra en 1149 (Bèrra en provençal). Étymologie incertaine : le nom dériverait du mot ibère "Illibéri" formé de Illis (ville) et Berri (plaine). Également évoquée la racine pré-latine Ber (montagne ou hauteur). Enfin la version des barons de Berre sur le missi dominici de Charlemagne, échappant aux invasions mauresques et fondant des châteaux-refuges sur les collines, dont Berre, désignation de cet homme "li ber" ou "homme libre, brave" en vieux français (Bher = cogner, frapper, tuer). Ber a donné baron, devenu titre de noblesse.

▪️ Biot : Au 2ème siècle BP, territoire contrôlé par les ligures Décéates. Les Grecs de Nikaia et Antipolis, aidés par les Romains, brisent leur harcèlement avec la victoire du consul Quintus Opimius en 154 BP. L'aqueduc de Fontvieille qui prend sa source à Biot est construit pour alimenter Antipolis (Antibes). Le nom de Buzot est attesté au 12ème siècle par les Templiers, d'où dérive Biot.

▪️ Le Broc : L'origine du nom vient peut-être du Gaulois signifiant taillis. Un habitat fortifié "de Braco" est mentionné au 12ème siècle. Sur le blason div un broc.

▪️ Cagnes-sur-Mer : Site celto-ligure d’Onepe, puis oppidum romain et poste sur la Via Aurelia. Tire son nom de la rivière Cagnes.

▪️ Cannes : Site de la tribu des Oxybiens, puis des Romains vers 154 BP, qui le donnent à leurs alliés phocéens de Massalia (Marseille). Devient alors Castrum Marcellinum et grossit jusqu'à la construction du Castrum Canoïs ou Canoas.

▪️ Carros : Occupé dès la préhistoire, le site porte le nom de Vicus Lavaratensis au 2ème siècle. Son appellation actuelle est inexpliquée.

▪️ CastellarVestiges d'occupation humaine du 9e au 5e millénaire BP. Le site comprenait un castellaras à l'origine du nom, réutilisé par les Romains en Castrum.

▪️ Clans : Vestiges de l'âge du Bronze. Le nom est issu du latin clantium dérivé de l'indo-européen Kala (rocher).

▪️ Coaraze : Le nom du castellum Caude Rase apparaît en 1108, Coarasa en 1235 et Cosarasa en 1240. Probablement la déformation du latin quadrata (villa carrée), avec dérive en cauda rasa ou queue rasée en occitan.

▪️ Coursegoules : Le nom dérive de Corseg qui signifie pic rocheux. Site important sur la Via Ventiana de Vence à Castellane. Fontaine romaine au 1er siècle, aqueduc sur la Siagne au 2ème siècle.

▪️ Cipières : Le site doit son nom au bas latin cipparia, qui désigne une stèle ou une borne milliaire cippe.

▪️ Daluis : Le site doit son nom à Caïus Aliens Severus, centurion romain vétéran installé en Pro Vincia.

▪️ Duranus : Origine probable indo-européenne : dur (relief abrupt et source). Au XVIIe siècle Rocca-Sparviera est abandonné au profit de ce nouveau village. Domination par Louis et Jeanne, roi et reine de Jérusalem, à partir de 1363. À Révolution, affrontements entre barbets résistants et soldats français, jetés dans le vide à la Roche des français.

▪️ Escragnolles : Nombreux vestiges préhistoriques, fossiles exceptionnels. Anciennement nommé Scanola ou Sclannola, le castrum d'Esclangolo est cité en 1235. On voit dans l'antique nom d'Escragnolles l'origine du nom Siagne.

▪️ Grasse : Occupé dès le néolithique. Grassa des latins, le nom dérive peut-être de Podium Grassum.

▪️ Gréolières : Nom dérivé du latin graculus, le choucas. Occupé dès le néolithique. Les ligures puis les romains en font un site important (oppidum de Majone, castellaras, puis ouverture de la Via Ventiana en 175 par Marc Aurèle).

▪️ La Colle-sur-Loup : Poste romain sur un castellaras ligure Décéates. Le nom dérive du latin collis (colline), devenu colla en bas-latin.

▪️ La Gaude : Site ligure Nérusien. Gaut, Gaud, Gault du bas latin waldus, désignant les lieux couverts de forêts, Alagauda en provençal. Étape sur la Via Aurelia. Gaude est aussi le nom du réséda des teinturiers, qui donnait une belle couleur jaune.

▪️ La Turbie : Occupée dès le néolithique. En 25 BP l'empereur Auguste pacifie la région. Un monument est construit en son honneur, qui constitue la limite entre l'Italie et les Gaules et donne son nom à la ville : Turbia= trophée. La province des Alpes-Maritimes est créée par les Romains, avec Cemenelum (Cimiez) pour capitale. Elle est traversée par la voie romaine la Via Julia Augusta venant de Rome. En 1191 l'empereur romain germanique Henri VI concède une petite souveraineté à Gênes, d'où émergera la Principauté de Monaco.

▪️ Le Rouret : Occupé dès l'âge du fer. Le premier seigneur est Rainouard du Rouret. Castrum Rovoreti est cité dès 1095

▪️ Levens : Nom de la tribu ligure des Leponti transformé en Leventi, ou nom d'un notable romain. Site défensif important utilisé par Rome pour la Via Julia, plus tard appelée Route du Sel.

▪️ Lucéram : Origine incertaine : soit Lucerius moine bénédictin du 8ème siècle, soit un certain Luceranus en 1057 (village Luciramus). Capitale des ligures Lepontii.

▪️ Mandelieu-La Napoule : La Napoule du grec nea + polis : ville nouvelle, que l'héritier des Villeneuve a transformé au 19ème siècle en inversant son nom. Par décret Mandelieu devient Mandelieu-la-Napoule en 1970.

▪️ Menton : Occupé dès le néolithique, puis par les ligures Vitelliens. Importance considérable avec la Via Julia Augusta et la Via Aurelia. Menton dérive du ligure mon ou man, petite colline, augmenté de Othon comte de Villeneuve.

▪️ Mouans-Sartoux : Occupé dès la préhistoire sous le nom Castellaras. Au Moyen-Age l'essartage peut être à l'origine du nom de Mouans, romanisé en Viculus Morsanis. Les communes ont été réunies en 1858 par décret impérial.

▪️ Nice : Nom issu du mot grec nikaia (la victoire), épithète attachée à une divinité honorée à Marseille. Devient Nicaea, Nici, Niciensi, Niza... Sous le royaume de Piémont-Sardaigne, elle était Nizza Marittima.

▪️ Opio : Oppidum d'où il tire son nom, construit par les Céates celto-ligures. Détruit en 165 BP par les légions romaines, puis par les Wisigoths, les Ostrogoths, les Sarrazins etc...

▪️ Paillon : Mot liée à l'eau, la cascade. Graphies anciennes : palhon, paion. La racine "palh" signifie "élévation" et se retrouve dans certains noms de village (Peille, Peillon).

▪️ Plascassier : Issu de Plan Escassier qui signifie chemin boueux (en provençal, escassié signifie échasses).

▪️ Roquestéron : Anciens noms : Roccasterone, la Rocca, Rocca Steronis. L'étymologie vient du roc fortifié sur l'Estéron. Il y a 2.000 ans les ligures occupait le terroir avant les Romains. Au XIe siècle, le premier seigneur donna des terres à l’abbaye de Lérins, sa famille érige un castrum au XIIe siècle. De 1388 à 1760, Roquestéron fait partie du duché de Savoie, puis du royaume de Piémont-Sardaigne. Le Traité de Turin 1760 fixe l’Estéron comme frontière entre Sardes et Français. La ville devient française en 1793 mais les deux communautés, créées de part et d’autre de la rivière, restent toujours séparées administrativement.

▪️ Roquefort les Pins : Première occupation environ 14.000 ans BP. Camp de repos romain Campus Lexio qui a donné Canlache. Devenu Castrum détenu par les seigneurs d'Antibes, puis Rocafort au 11ème siècle.

▪️ Saint-Cézaire-sur-Siagne : Appellation romaine de Castrum Caesarii, habité depuis le néolithique. Surnommé le Grenier de César pour sa production agricole. Confusion avec l'évèque Cézaire.

▪️ Saint-Vallier-de-Thiey : Occupé dès le néolithique. Du nom du premier évêque d'Antibes saint Valerius martyrisé par les Wisigoths au 4ème siècle. Thiey est le nom de la montagne qui le domine.

▪️ Sallagriffon : De l'occitan Salagrifon (maison, château de Griffon). Le nom vient du seigneur qui y avait établi son château au Xe siècle. Castrum Sallagriffon est cité au XIIIe siècle. On ne sait pas où était situé le village d'origine.

▪️ Sigale : Le nom est cité dans la première moitié du XIIIe siècle, mais le premier nom fut Alassia. Étymologie celto-ligure : sig, montagne, ou sigalum, seigle. Le suffixe Alassia rappelle l'étymologie celtique d'Alésia (falaises), ou encore le seigle latin des toponymes Ségalar, Ségalas.

▪️ Sospel : Occupé dès le néolithique. En 14 BP les Romains y établissent un poste militaire Cespedellum (Hospitellum).

▪️ Spéracédes : Apparaît au XIe siècle sous la forme La Perasceda, dérive du verbe perraccedere qui signifie s'approcher à travers.

▪️ Tende : Occupé dès le chalcolithique. Camp romain probablement à l'origine du nom, tenta = tente, campement).

▪️ Valbonne : Monasterium Vallisbona (monastère de la bonne vallée) fondé vers l'an 1200 par l'Ordre de Chalais. Les romains construisent l'aqueduc de la Bouillide qui prend sa source près du village.

▪️ Villeneuve-Loubet : Occupé dès l'âge du fer. Réunion de plusieurs agglomérations en 1234 par Romée de Villanova (comtes de Provence), avec dérivé en Villeneuve.