logo

Les temps géologiques

La datation absolue Elle permet d'établir l'âge d'une roche, son histoire et son évolution.
On utilise la géologie isotopique : les isotopes de quelques atomes se transforment par émissions radioactives et on peut statistiquement déterminer la proportion de l'élément "père" par rapport à l'élément "fils". En fonction de la durée de vie de chaque élément, on déduit l'âge de la roche à un million d'années près. On utilise principalement les couples rubidium/strontium, potassium/argon, uranium/plomb ou uranium/thorium.

La datation relative

Elle permet de hiérarchiser les âges des strates sédimentaires voisines. Une strate a le même âge sur toute son étendue. On s'appuie sur la stratigraphie ou la magnétographie :
- La nature des fossiles dont l'âge est déjà connu. Deux terrains présentant les mêmes fossiles sont du même âge.
- Comme ci-dessus en utilisant les roches dont l'âge est déjà connu.
- Les roches issues d'une médiane océanique fixent les caractéristiques magnétiques de l'époque de leur solidification. Leur vitesse d'ouverture tectonique étant connue, on en déduit leur âge.

La stratigraphie

Elle étudie la succession des différentes couches géologiques ou strates. Elle permet de dater les couches en se basant principalement sur la paléontologie.
Le stratotype est l'affleurement rocheux ou le lit de fossiles qui sert de référence pour définir un étage géologique, par exemple : Hettangien, Oxfordien, Bajocien...

Les divisions des temps géologiques

On classe en groupes présentant des similitudes : éons contenant des ères contenant des périodes contenant des étages ...

Précambrien qui regroupe trois éons :
- L'Hadéen de 4.600 millions à l'apparition de la vie vers 3.800 Ma. Les océans se condensent depuis l'eau atmosphérique, azote, gaz carbonique et méthane. la croûte terrestre se solidifie et refroidit.
- L'Archéen depuis 3.800 Ma. Il n'y a pas d'oxygène libre. La température atmosphérique est comparable à la nôtre, le soleil moins lumineux, l'effet de serre important. Les Archéobactéries unicellulaires procaryotes (sans noyau) et les stromatolites apparaissent, les premières roches sédimentaires se déposent.
- Le Protérozoïque finit au début du Cambrien par une explosion de vie multicellulaire eucaryote (avec noyau). L'atmosphère est oxygénée, plusieurs glaciations se produisent.
Paléozoïque : ère géologique de 540 à 250 Ma, subdivisée en six périodes.
- Cambrien entre 542 et 488 Ma. Apparition des ancêtres d'animaux actuels : mollusques à coquille et à tentacules, arthropodes, étoiles de mer, oursins, coraux, éponges...
- Ordovicien entre 488 et 435 Ma. Mers continentales peu profondes et riches : trilobites, brachiopodes...
- Silurien entre 444 et 416 Ma. Débute par une extinction massive des espèces marines (60%). Plantes primitives multicellulaires sur les terres. Les poissons se diversifient.
- Dévonien entre 408 et 355 Ma. Effet de serre puissant, fougères, coraux, premiers requins...
- Carbonifère entre 355 et 295 Ma. Vastes enfouissements de végétation évoluant en charbon. Vie marine riche : crinoïdes, échinodermes, brachiopodes... Rares trilobites, nombreuses plantes terrestres, grands amphibiens.
- Permien entre 299 et 251 Ma. L'ensemble des terres est aggloméré en supercontinent : la Pangée. Apparition des grands amphibiens, des reptiles, des dinosaures. Les trilobites ont disparu. Premiers conifères modernes (gymnospermes). Massive extinction d'espèces : 90 à 95% de la vie marine, 70% de la vie terrestre (asphyxie des océans, volcanisme sibérien majeur, baisse du niveau de la mer...
Mésozoique : ère géologique de 251 à 65 Ma, subdivisée en trois périodes.
- Trias entre 251 et 200 Ma. Rediversification des espèces. Apparition de nouveaux coraux, ammonites, céphalopodes, reptiles marins énormes, mammifères, oiseaux... Les plantes à graines (angiospermes) vont dominer.
- Jurassique entre 200 et 145 Ma. La Pangée se scinde sous un climat chaud. Évolution des poissons et des reptiles.
- Crétacé entre 145 et 65,5 Ma. Plantes à fleurs, évolution des conifères, premiers arbres modernes : figuiers, sycomores, magnolias... Domination des reptiles dinosauriens. Autre extinction massive : céphalopodes, mollusques, reptiles marins sauf tortues et crocodiles. Causes : météorite, activité volcanique...
Cénozoique : ère géologique qui débute il y a 65 Ma, subdivisée en deux périodes toujours en cours.
- Paléogène subdivisé en Paléocène, Éocène et Oligocène, entre 65,5 et 23 Ma. Suprématie des mammifères, souvent géants.
- Néogène subdivisé en Miocène, Pliocène, Pléistocène et Holocène. Les continents sont à leurs emplacements actuels. Refroidissement du climat et glaciations du Pléistocène. Apparition des hominidés.

   

Les glaciations

La Terre conserve les traces des glaciations anciennes : Pongola 2.900 Ma, Huronien 2.400 à 2.100 Ma, Cryogénien 950 à 570 Ma (incluant la glaciation Varanger 750 Ma où la glace allait jusqu'à l'équateur : Terre boule-de-neige), Andéen-saharien 450 à 420 Ma, Carbonifère-permien 360 à 260 Ma, pléistocène et actuel. Les causes sont multiples : oscillations périodiques de l'orbite de la Terre (paramètres de Milankovic : excentricité, obliquité, précession, nutation), variations du rayonnement solaire, déplacement des continents...
L'espèce Sapiens est apparue pendant la récente glaciation de Riss.